Robert et Sylviane Rampal à l'honneur du 55ème Salon d'Arles

Publié le 23 Février 2013

 

L'hommage du 55ème Salon à Robert et Sylviane Rampal

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à venir sur ce blog consulter photos et documents du Salon. En cette froidure de fin d'hiver qui n'en finit pas je vous propose de revenir sur la 55ème édition du Salon ou un hommage était rendu aux santonniers Robert et Sylviane Rampal.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Robert RAMPAL

Autodidacte Anticonformiste et Classique

Du pur jus marseillais ! C'est juste au-dessus de leur appartement, sous les toits au 4éme étage que Robert et Sylviane vivent leur passion. Le petit atelier de la rue Labry dans le quartier des Chartreux est caniculaire l'été, glacial l'hiver.

Qu'importe chaque jour l'escalier, raide mais d'une pratique commode, est comme une ascension vers un autre monde, il mène vers une planète enchantée ; vers le bonheur de créer qui estompe le dur labeur.

Une autre vie que Robert croque à belles dents et sans modération depuis sa retraite qui lui permet de jouir à plein temps de cette « passion métier » :

Car pour lui la crèche et les santons, c'est presque depuis le berceau. Enfant il modelait des personnages avec la mie de pain, ensuite vinrent les crèches ; celles qu'il fait avec ses parents, puis qu'il veut faire seul, puis celles qui participent aux concours de crèches de l'Escolo de la Mar, un groupe traditionnel marseillais auquel participait et participe toujours Sylviane.

Tant et si bien qu'en 1975 Robert Rampal reçoit le 1er prix des crèches de Marseille des mains de Marcel Carbonel !

Sans avoir la même passion Sylviane faisait "la crèche en famille comme tout le monde à Marseille et allait bien sûr s'émerveiller de la magie de la foire aux santons". Avec le mariage, elle épouse aussi la passion de son mari et prend part activement à ses créations.

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Tous deux enseignants, ils ont une double vie... école ou collège le jour, santonnier le soir !

Dès le début des années 1970 ils fabriquent des décors de crèches, puis fournissent régulièrement des santonniers qui apprécient leur travail notamment Flore. Sylviane choisit de quitter l'enseignement pour élever les enfants, Robert enseigne dans un collège, passe des examens et devient professeur d’histoire hors classe au lycée Thiers, mais sans jamais abandonner la création de crèches. En 1992 il se décide enfin à créer des santons. Le premier est un berger de 30 cm, d'autres personnages viendront dans la même taille.

Dans l'atelier exigu de la rue Landry, la musique classique les accompagne en permanence, Sylviane aime les grands compositeurs classiques, Robert aussi mais il a su convaincre son épouse d'apprécier l'opéra. Pour elle, ce sont les opéras véristes, et depuis quelques temps les baroques. Lui adore Le Trouvère et l'opéra en général.

La culture provençale, les paysages provençaux et surtout la montagne sont leurs autres passions ; le Queyras et les Hautes Alpes où ils vont le plus souvent possible. L'appartement marseillais est d'ailleurs entièrement meublé dans le style de cette vallée.

Mais c'est la création qui est le fil conducteur, sinon la raison de sa vie, comme l'est un peu l'histoire. Brillant latiniste il apprécie l'Antiquité et le Moyen Age comme "le 18e siècle et des personnages qui ne sont pas parmi les plus connus mais qui ont fait la France : Louis XI et Philippe Auguste"

Ancien grand sportif, course à pied et 20 ans de compétition de hand au SMUC, Robert créé toujours aujourd'hui des décors très appréciés et des santons d'un style naïf plein de charme dans plusieurs taille : 6, 7, 9, et 13 cm, Sylviane attentive, toute en douceur et en charme, y apporte une précieuse contribution.

C'est l'histoire d'un prof d'histoire, d'un couple, santonnier au parcours anticonformiste, syncrétisme d'ancien et de modernité dans le sens où c'est ainsi que cette activité est devenue un métier, le Maître Marcel Carbonel comme beaucoup d'autres avait lui aussi commencé en faisant des santons dans sa cuisine comme activité de complément.

Texte de Philippe Brochier publié dans le catalogue du 55ème Salon

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Le santon de Robert Rampal est  traditionnel, typiquement marseillais.

 

L'atelier Rampal est connu pour ses maisons, étables, pigeonniers, constructions diverses qui permettent de réaliser un village et qui ont l'avantage d'être à un prix tout à fait raisonnable.

Fidèles habitués de la foire aux santons de Marseille, ils vendent aussi leurs productions sur d'autres foires, notamment à Tarascon, Châteaurenard, à la biennale d'Aubagne. Il est possible de commander des types de construction particuliers pour y installer artisans ou métiers divers. M. Rampal réalise également des scènes sur commande comme des transhumances, abrivados.

Le santon de Robert Rampal est tout à fait traditionnel, typiquement marseillais. Sa facture est simple mais va droit au but pour exprimer la vérité du personnage. Voilà des santons qui ne mentent pas, pleins de vie, ils racontent ce qui les occupe sans s'embarrasser d'une foule de détails. Ils ressemblent aux gens qu'on peut voir tous les jours dans la rue, au marché ou à leur travail. Ils ne ressemblent pas à ces sculptures si bien finies, tellement belles et parfaites qu'elles en deviennent presque irréelles.

Il y a en effet deux approches du santon. L'une est de conception classique, avec des formes  plus conformes à la réalité, soucieuse du détail, à l'esthétique plus académique, plus apollinienne en quelque sorte. L'autre est plus économe de moyens avec des attitudes plus spontanées, un peu maladroites, mais au final plus expressives, d'où le qualificatif de santon naïf avec son aspect avant tout comme qui dirait "humain, trop humain", plus proche de la vie de tous les jours avec ses peines et ses joies, d'où une certaine imperfection des finitions qui laisse une impression d'inachevée. On comprend alors pourquoi il n' a rien de commun avec une sculpture dont la précision est celle d'un modèle de beauté parfaite, une sublimation du réel qui justement ne se trouve pas dans la vie réelle, celle de tout ce petit peuple en route vers la crèche et dont la pastorale se plaît à raconter les aventures. Leurs travers nous font rire et la profondeur de leurs sentiments nous émeuvent. Tel est le style des Rampal dont les créations nous disent et nous apprennent beaucoup de choses avec une économie de moyens. Leur aspect naïf et populaire les rendent terriblement  attachants !

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

L'Atelier Rampal est bien connu des amateurs de santons; on peut lire ces commentaires sur le forum des santons et crèches de Provence :

"J'ai découvert l'atelier Rampal à la Biennale d'Aubagne. Ce sont des santons qui ont une expression véritable et ne sont ni lisses ni normés : ce ne sont pas des "santons mondialisés" (!) Le travail de la terre et le modelé restent visibles donnant aux santons ce petit supplément d'âme que j'apprécie."

 

"C'est un couple très agréable, et les discussions sont passionnantes. (vive les prof !). Ils travaillent dans des tailles de 12cm et de 7-8cm. D'accord pour dire qu'il se dégage quelque chose avec leurs santons."

 

                   2013-01-20_13-34-38_DSC_0328_951.JPGCliquer sur l'image pour ouvrir le diaporama

 

 

DSC_5493_2012-09-26_16-53-29_Marseille_966.JPG

 

DSC_5494_2012-09-26_16-53-42_Marseille_967.JPG

 

 

     DSC_5403_2012-09-26_15-44-08_Marseille.JPG DSC_5422_2012-09-26_16-03-48_Marseille.JPG DSC_5438_2012-09-26_16-06-53_Marseille.JPG DSC_5463_2012-09-26_16-28-28_Marseille.JPG DSC_5469_2012-09-26_16-42-31_Marseille.JPG

DSC_5474_2012-09-26_16-45-44_Marseille.JPGDSC_5478_2012-09-26_16-47-01_Marseille.JPG DSC_5484_2012-09-26_16-48-40_Marseille.JPG DSC_5488_2012-09-26_16-51-47_Marseille.JPG DSC_5491_2012-09-26_16-53-21_Marseille.JPG DSC_5493_2012-09-26_16-53-29_Marseille.JPG  

Cliquer sur les vignettes pour les aggrandir.

Rédigé par Salon International des Santonniers d'Arles sur Rhône.

Publié dans #Information exposition

Repost 0
Commenter cet article