Marcel Carbonel, un santonnier d'exception.

Publié le 20 Octobre 2012

 

 

  le santonnier le plus célèbre de ces dernières décennies.


 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

grande crèche Marcel Carbonel, mairie d'Avignon

  

Marcel Carbonel ( 1911- 2003) dont le descendant, Philippe Renoux-Carbonel son petit-fils poursuit l'oeuvre, demeure le santonnier le plus célèbre de ses dernières décennies. Son parcours est exceptionnel et exemplaire. Il a su rester fidèle aux valeurs du santonnier traditionnel,  tout en développant une véritable entreprise, réussissant ce pari fou de produire un nombre important de santons tout en veillant à préserver des méthodes garantissant une réelle qualité artisanale et un respect de la tradition sans tomber dans les modes commerciales du moment.


Marcel Carbonel a créé le Salon International des Santonniers d'Arles en 1958 avec Jean Héritier, Président du Syndicat d'Initiative, et Jean-Maurice Rouquette, conservateur des musées.


Pour les Pères Fondateurs, l'objectif fixé était double : "présenter le travail et l'art du santon provençal, ainsi que les traditions de Noël et les nativités du monde entier."

Président du Syndicat des Santonniers, il s'exprimait ainsi lors de la création du Salon d'Arles : " Au nom de tous mes camarades, je viens vous demander droit d'asile dans votre cité, en ces lieux mêmes, où nos chers santons ont reçu leur consécration définitive. Nous exprimons le voeu qu'une sélection de qualité figure ici en permanence; capitale spirituelle de la Provence, Arles se devait d'accueillir en son sein, ses plus nobles artisans. Le Salon d'Arles doit être, ainsi qu'ils l'ont souhaité, l'occasion de rassembler leurs idées d'après leurs oeuvres et d'être une confrontation artistique que nous voulons, entre toutes, féconde."


Fichier hébergé par Archive-Host.com


En 2003 lors de la 46ème édition du Salon, peu après son décès, Arles lui a rendu l'hommage mérité .

En 2012, avec l'aide et le soutien de Philippe Renoux-Carbonel, le Salon porte un nouveau regard sur le parcours exemplaire de celui qui demeure une figure majeure du monde des santons et des santonniers.


Fichier hébergé par Archive-Host.com

_____________________________________________________________________________

 

Marcel Carbonel, a partagé sa vie avec les santons pendant plus de 80 ans.


Enfant, le petit Marcel regardait son père, électricien de métier, fabriquer des crèches en liège durant de longues soirées d'hiver.
Sa vocation était née, elle a mûri chaque soir, en s'appliquant à décorer minutieusement, des sujets confiés par une santonniére, et pendant plus de 80 ans, Marcel Carbonel a partagé sa vie avec les santons.

Le jeune Marcel est d'abord lithographe. Un métier dans lequel il apprend ce qui le distinguera plus tard : l'art d'utiliser les couleurs.
A 14 ans, il fait ses premiers santons et dès 1935, présente sa première collection, soutenu et encouragé par Clotilde, son épouse.

Il s'installe avec elle dans un petit atelier de la rue Fort Notre Dame à Marseille, deux décoratrices et un mouleur travaillent alors avec eux.
Peu à peu, le succès vient : 1938, premier prix du concours de parures de France, catégorie santon, évidemment.

Mais la guerre arrive, Marcel Carbonel part dans la marine.
De retour, il a perdu son emploi et s'oriente alors vers les Tramways qui l'embauchent comme Wattman. Après son travail, il s'adonne à sa passion des santons, n'hésitant pas à mobiliser la cuisine, et autres lieux de la maison familiale. A l'époque, le métier de santonnier n'existe pas vraiment, c'est une activité complémentaire, dont l'horizon se limite aux frontières de la Provence, car le santon cru de l'époque est fragile, et ne supporte pas les voyages.

Une étape décisive est rapidement franchie, grâce à la cuisson des santons. Ses oeuvres partent à la conquête de nouveaux territoires : Paris, Lyon, La Suisse. Une société Belge lui commande 5 000 bergers... pour une campagne contre la sénilité, et double le nombre l'année suivante.
L'atelier prospère et s'installe, en 1946, rue Commandant Surian.
Grâce à la cuisson et au talent des artistes, le métier de santonnier commence à être reconnu.


Fichier hébergé par Archive-Host.com


Elu président du syndicat des Santonniers en 1947, son mandat durera 21 ans.


Fichier hébergé par Archive-Host.com


En 1961, la discipline «santonnière» entre par la grande porte à la Sorbonne :

Marcel Carbonel est le premier  à obtenir le titre de "Meilleur Ouvrier de France".


En 1975, Philippe Renoux, petit-fils de Marcel Carbonel, commence son apprentissage à l'âge de 15 ans.


En 1976, âgé de 65 ans, Marcel Carbonel décide de laisser la direction de ce qui est alors une véritable PME, pour se consacrer à la création et à son autre passion : la pêche.
Philippe Renoux obtient en 1982 la médaille d'or à l'exposition régionale du concours du Meilleur Ouvrier de France.


Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

En 1987 les Ateliers Marcel Carbonel créés par son gendre Alfred Renoux et son épouse Danielle, s'installent au n° 47 de la rue Neuve Sainte Catherine.
Leur fils Philippe leur succède en1993.

En 1995 : la collection des santons des Ateliers Marcel Carbonel est riche de plus de 700 modèles différents. C'est la plus importante collection santonnière de Provence.

Sélectionnés par l'Ambassade de France près le Saint Siège pour représenter la France au Concours des 100 plus belles Crèches du Monde à Rome, les Ateliers Marcel Carbonel ont obtenu la Médaille d'Argent en l'an 2000.


C'est, aujourd'hui, une entreprise importante, installée rue Neuve Sainte Catherine avec près de 80 employés, qui produisent, dans le respect absolu de la qualité et de la tradition, plus de 350 000 santons par an, dont 30% sont exportés en Europe, Etats-Unis, Japon... Un musée où l'on peut apprécier la collection réunie par Marcel Carbonel est ouvert au public à côté de l'atelier.


Fichier hébergé par Archive-Host.com

Les Ateliers Marcel Carbonel en 2012
Fichier hébergé par Archive-Host.com

Marcel Carbonel entouré de son équipe.

 _______________________________________________________________________

    Crèche de Marcel Carbonel au Salon d'Arles 2007

Fichier hébergé par Archive-Host.comFichier hébergé par Archive-Host.com  Fichier hébergé par Archive-Host.comFichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

 

 

 
            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée Marcel Carbonel à Marseille

Fichier hébergé par Archive-Host.com

grande crèche Marcel Carbonel, mairie d'Avignon

Fichier hébergé par Archive-Host.com                    Fichier hébergé par Archive-Host.com

Marcel Carbonel santonifié (à gauche) - Philippe Renoux-Carbonel à la tête de l'entreprise demeure le  fidèle continuateur de l'oeuvre de son grand'père(à gdroite).

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Philippe Renoux Carbonel à l'atelier de la rue du Commandant Surian.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Marcel Carbonel reçoit la médaille de la ville d'Arles

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Marcel Carbonel lors du 1er Salon des santonniers en 1958.

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

Le Salon d’Arles est aujourd'hui grâce au travail et à la volonté de ses pères fondateurs, la plus grande manifestation artistique de France dans la spécialité. Il a lieu, chaque année, de mi-novembre à mi-janvier, dans un lieu exceptionnel et prestigieux : Le Cloître Saint-Trophime (12ème et 13ème siècles) et présente :

- Oeuvres des maîtres santonniers provençaux

- Crèchistes amateurs et artistes français

- Un personnage de la crèche constitue un thème de travail pour les santonniers et créchistes

- Un pays invité d'honneur

 

Rédigé par Salon International des Santonniers d'Arles sur Rhône.

Publié dans #Historique

Repost 0
Commenter cet article